Abbonez-vous aux parutions Politikart. Entrez votre adresse e-mail:

Copyright Tessa IvascuEagle Four
mais ça va pas fort...
le billet de Jipé
.
Nicolas S. vilipende à tout bout de champ l’esprit de mai 68, mais aurait-il pu devenir le premier président français à divorcer sans les changements de mentalité nés durant cette période ? Suite...
.
Ils gueulaient fort (Eaglé Four) dans la rue le 18 octobre dernier. Ils étaient même plus nombreux qu’en 1995 à faire grève et à paralyser une nouvelle fois le pays. Pourtant, ils n’ont pas fait la Une ! Une nouvelle fois, Cécilia et Nicolas ont préempté tous les médias. Une date franchement bien choisie pour annoncer ce divorce pressenti depuis des semaines. Car ce serait faire injure au sens de la communication de ce couple que de croire à un simple hasard. Voyons-y plutôt le cadeau d’une femme à son ex-époux avant… un remariage à Las Vegas en compagnie de Johnny ?
..
Avec ce couple, tout semble possible, y compris le paradoxe. Déjà, il y a Cécilia qui prétend détester la lumière mais qui s’affiche partout. Son ex-époux vilipende à tout bout de champ l’esprit de mai 68, mais aurait-il pu devenir le premier président français à divorcer sans les changements de mentalité nés durant cette période ? Evidemment, avant mai 68 les femmes de président subissaient en silence les incartades de leurs époux. Est-ce là, la raison de cette détestation ? Qu’importe… Car dans le même temps, le gouvernement qui affiche sa résolution à réformer les régimes spéciaux négociait discrètement avec les conducteurs.
.
Et là, on a l’impression de revoir ce bon vieux Chirac. Après André Santini mis en examen, un autre homme sulfureux entrait au gouvernement : Bernard Laporte, surnommé Eagle Four ! Engagé sur une promesse de victoire, notre amateur de casinos sera donc le premier loser à intégrer la dream team. Empêtré dans une croissance molle, dans des textes de lois aux relents frontistes, quel sera l’avenir de ce gouvernement ? La poursuite d’un chiraquisme mou mâtiné d’une habile communication ? Une fuite en avant vers la droite dure ? Ou la recherche du consensus ? Les décisions prises lors du Grenelle de l’environnement devraient donner un début de réponse…

Abonnez-vous / Communiquez / Partagez cet article :

Newsletter Fil RSS Politikart PARTAGEZ :

Vous aimerez aussi :

Votre commentaire est précieux !
4 commentaires déjà ! Réagissez !

  1. fab' // 22 octobre 2007 à 17:16  

    "aurait-il pu devenir le premier président français à divorcer sans les changements de mentalité nés durant cette période ? "

    bien vu !

  2. PF // 23 octobre 2007 à 16:08  

    Il me semble que la question n'est pas bonne. Car je crois savoir que le cocu à gourmette ne voulait pas divorcer : c'est Cécilia qui a décidé de le quitter. Subséquemment, c'est à cause de mai 68, et non grâce à mai 68, que leur divorce a été prononcé. Et l'affaire donne sans doute à bachelor une raison de plus de détester l'esprit soixante-huitard, non ?

  3. fab' // 23 octobre 2007 à 18:29  

    Oui sans doute, je crois savoir aussi qu'elle est partie parce qu'elle en avait marre d'être cocue, mais notre société machiste laisse croire l'inverse… bien noté pfffff !

  4. Tessa Ivascu // 24 octobre 2007 à 12:30  

    Qui a "voulu" divorcer au demeurant dans ce couple est une autre affaire et qui peut prétendre le savoir? L'article ne parle pas de "vouloir divorcer" mais de "pouvoir divorcer". Et Jipé, le signataire du billet, se demande par ailleurs si la libération de la parole (des femmes) n'est pas justement la cause de la détestation de 68 manifestée par le bachelor NS. La question est donc bien posée, mais trop peu débattue, sauf ici, merci aux commentateurs.