Abbonez-vous aux parutions Politikart. Entrez votre adresse e-mail:

Echos sur le vif/L’après-Grenelle : il est urgent de prendre son temps

Publié par Tessa Ivascu. | mercredi, octobre 31, 2007 | | Vos commentaires

L'étrange prudence de Patrick Ollier
.
ILE-DE-FRANCE / Patrick Ollier président du comité de suivi du Grenelle de l’environnement à l’Assem-blée nationale, estime que la mise en oeuvre d’une politique de dévelop-pement durable est une « urgence », mais demande de prendre son temps avant de décider d’une fiscalité écologique. Une déclaration qui a semblé bien étrange à Dominique Voynet. Suite...
.
Le député-maire UMP de Rueil-Malmaison (92) souhaite notamment que le président de la République fixe clairement le cadre politique « avec des objectifs à atteindre en 20 ans et des décisions à prendre en cinq ans ». Selon lui, la loi d’orientation qui sera débattue « pourra être suivie de trois ou quatre lois ultérieures destinées à décliner des mesures concrètes ». M. Ollier se déclare ainsi favorable à une « fiscalité écologique » à condition qu’on le fasse « à pression fiscale constante ». Autrement dit, « prenons notre temps, procédons à des études d’impact avant de prendre une quelconque décision dans ce domaine ».
Cette prudence qui détonne avec le discours officiel sur l’urgence des mesures à prendre pour faire au réchauffement climatique a semblé très étrange à Dominique Voynet (Verts) : « Est-ce qu’il y a une répartition des rôles avec d’un côté la bonne foi manifeste du ministre de l’Ecologie Jean-Louis Borloo, le type le cœur sur la main qui vous dit "je veux faire", et puis de l’autre côté Jean-François Copé (président du groupe UMP à l’Assemblée nationale) qui sera chargé des basses œuvres? »

Abonnez-vous / Communiquez / Partagez cet article :

Newsletter Fil RSS Politikart PARTAGEZ :

Vous aimerez aussi :

Votre commentaire est précieux !
Soyez le premier à réagir !