Abbonez-vous aux parutions Politikart. Entrez votre adresse e-mail:

ILS NOUS L'ONT DIT / Christophe Grébert

Publié par Tessa Ivascu. | mercredi, septembre 19, 2007 | , | Vos commentaires

Christophe Grebert
.
Auteur du blog MonPuteaux.com et candidat aux élections municipales de Puteaux de 2008
.
"Nos élus, ces rois fainéants"

.

Propos recueillis par Jean-Pierre Reymond

Puteaux est l’une des villes les plus riches de France grâce à la taxe professionnelle de La Défense. Aujourd’hui, elle reçoit tellement d’argent que la municipalité n’arrive pas à le dépenser. Chaque année, il reste entre 10 et 30 millions d’euros qui sont placés à la CDC en bons du Trésor. La ville a ainsi 228 millions d’euros en bons du Trésor qui rapportent chaque année une dizaine de millions… Mais Puteaux n’a pas l’image d’une grande ville et quand vous y vivez, vous peinez à croire que c’est une ville aussi riche. Aujourd’hui, nos élus sont des rois fainéants. Nous n’avons pas de théâtre, de troupe en résidence, d’équipe sportive de niveau national.
Combien de procès la municipalité vous a-t-elle intenté et quels en ont été les résultats ?
Le maire n’a pas accepté cette information indépendante, refusant toute critique publique. Pour m’obliger à la fermer, il a commencé par des intimidations. J’ai été insulté dans la rue, interdit d’accès au conseil municipal. Des élus municipaux me téléphonaient pour me menacer. J’ai été suivi dans la rue, photographié. Tout cela a été produit lors de mon procès au cours duquel j’ai démontré la réalité de cette campagne d’intimidation. Comme cela n’a pas fonctionné, le maire a décidé d’engager des procédures. La plupart ont été classées, mais l’une de ces plaintes a abouti à un procès en diffamation que j’ai gagné en première instance et en appel.
Combien la mairie a-t-elle dépensé pour ces procédures ? J’ai arrêté de compter, mais il y a un an ils en étaient à plus de 70 000 euros. Sur la même lancée, ils doivent en être à 100 000 euros.
Et vous ? J’ai lancé un appel aux dons car je n’ai pas les moyens de faire face à un tel acharnement judiciaire. La maire puise dans les deniers municipaux alors que moi, je n’ai que mon salaire pour défendre la liberté d’expression. L’objectif de ces plaintes est bien sûr de me ruiner financièrement pour me faire taire. A ce jour, les internautes m’ont apporté plus de 3 500 euros.
Que pensez-vous de la modification des statuts de l’EPAD ? La Défense a fait la richesse de cette ville, mais a aussi été un drame avec des milliers d’expulsions. Puteaux a longtemps tourné le dos à La Défense avec ce mur symbolisé par le circulaire. Pendant 40 ans, la ville a donc touché l’argent de La Défense mais n’a jamais participé aux dépenses. Ce nouveau statut est donc difficilement compréhensible pour la population. Je n’y suis pas spécialement favorable, sauf si nous avons plus de marge de manœuvre sur les décisions prises concernant l’aménagement de La Défense. Si l’Etat se contente de se décharger sur les communes des charges qu’il ne peut plus supporter sans contreparties démocratiques, j’y suis fermement opposé. Et c’est ce qui est en train de se passer. Aujourd’hui, on prévoit 100 000 salariés en plus mais aucun transport en commun supplémentaire n’est programmé.
Vous avez décidé d’être candidat aux municipales. Avec quelle équipe et quels soutiens politiques ? J’ai décidé de me présenter car il y a des gens de droite qui ne veulent plus entendre parler des Ceccaldi-Raynaud, des gens de gauche découragés qui n’allaient plus voter, et tout un électorat centriste qui est apparu lors des dernières législatives. La victoire ne peut venir que du rassemblement de tous ces électeurs. C’est pour cela que je souhaite faire un rassemblement citoyen.
Aurez-vous le soutien du PS ? J’appellerai le PS à me soutenir, mais aussi les Verts, le MoDem. En ce moment, nous sommes en train d’écrire notre projet avec les Putéoliens et de constituer cette liste. En tout cas, nous irons devant les électeurs avec une volonté de bien gérer cette ville. Actuellement, Puteaux n’a pas l’image d’une grande ville et quand vous y vivez, vous peinez à croire que c’est une ville aussi riche. Je souhaite présenter un projet basé sur l’excellence. Puteaux devrait être un modèle car nous n’avons aucune limite financière. Aujourd’hui, nos élus sont des rois fainéants. Nous n’avons pas de théâtre, de troupe en résidence, d’équipe sportive de niveau national. Notre ville devrait être un modèle dans le mécénat et la création artistique de même qu’en termes de développement durable. Avec la proximité de La Défense, on devrait aussi soutenir les artisans, les PME…
Comme militant socialiste, comment voyez-vous la rénovation du PS ?
J’attends de la voir. Pour le moment, je suis assez désespéré. J’ai soutenu DSK pendant la primaire mais, une fois Ségolène Royal désignée, je l’ai soutenue. J’ai constaté que cela n’a pas été le cas du parti socialiste. Après l’échec de la présidentielle, j’espérais qu’elle prendrait le parti pour tout chambouler mais François Hollande a tout verrouillé et nous sommes partis pour des mois de discussions et de forums avec les mêmes responsables. Lors d’une réunion fédérale, un jeune militant affirmait que la seule solution consistait à dissoudre le PS. Je pense qu’il a raison.

Abonnez-vous / Communiquez / Partagez cet article :

Newsletter Fil RSS Politikart PARTAGEZ :

Vous aimerez aussi :

Votre commentaire est précieux !
Soyez le premier à réagir !