Abbonez-vous aux parutions Politikart. Entrez votre adresse e-mail:

Moto : quel avenir pour le circuit Carole ?

Publié par Tessa Ivascu. | vendredi, novembre 23, 2007 | | Vos commentaires

SEINE-SAINT-DENIS / Le célèbre circuit Carole, situé à Tremblay-en-France, est aujourd'hui vétuste. Le maire souhaite s'en débarasser, invoquant les règles de securité et les normes environnementales. Mais une raison peut en cacher un autre... Par Tessa Ivascu
.
Pas facile de faire déménager le circuit Carole. François Asensi, maire PCF de Tremblay, le sait : Carole est la propriété de l’Agence foncière et technique de la région parisienne (AFTRP), organisme gérant des biens de l’Etat dans l'Ile-de-France. L’AFTRP a conclu bail avec le Conseil général de la Seine-Saint-Denis, chargé par l’Etat de la gestion du circuit…
.
Du coup la mairie de Tremblay n’a aucun pouvoir sur l’avenir ou la gestion de l’équipement dédié à la moto. L’avis du maire reste subordonné à l’obligation de trouver un nouveau site pour Carole 2 avant de démolir Carole 1. M. Asensi le sait bien : "Le circuit Carole, n’est plus adapté aux besoins actuels et aux normes environnementales. Il n’a donc pas vocation à rester sur le territoire communal. Le provisoire qui dure depuis 28 ans doit prendre fin. La décision de son déplacement relève de l’Etat, mais je m’engage à militer pour que l’arrêt d’exploitation de l’actuel circuit n’intervienne qu’à l’ouverture effective du nouveau."
.
Il précise également : "La ville ne verse aucune subvention. Le circuit Carole est déficitaire en raison, entre autre chose, de la gratuité d’un certain nombre d’entrées et des coûts d’accès particulièrement bas. Le déficit d’exploitation (30 à 40% suivant l’année) est intégralement couvert par le Conseil Général de la Seine-Saint-Denis. En 2005, ce déficit représentait de l’ordre de 374 000 € pour un montant de 1 050 000 euros de dépenses globales." Et il dit souhaiter nouvel équipement "porteur d’ambitions. Il devra, en premier lieu, respecter la vocation actuelle d’animation sportive, sociale, en mettant également l’accent sur la formation, la prévention et la sécurité."
.
Est-ce bien la seule raison? Pour rappel, un bref historique du circuit. A la fin des années 70, les motards réclament un lieu à cor et à cri. L’état les entend et nomme un Monsieur Moto en la personne d'Yves Mourousi, qui fait construire un circuit en région parisienne. Le 1er décembre 1979, il est inauguré à Tremblay-en-France. On le baptise “circuit Carole” en mémoire de Carole Le Fol, une jeune motarde tuée lors d’un run sauvage à Rungis. Mais aujourd'hui, alors que le tracé et devenu vétuste, Tremblay-en-France lorgne sur le terrain, situé à un jet de pierre de l’aéroport de Roissy.
.
Quoi qu'en dise le maire sur les normes environnementales et la "vocation sportive", entre les motards et les entrepôts qui rapporteraient des taxes professionnelles, le choix est facile à faire. Le circuit déménagerait d’ici 5 ans à Thieux (77.) Cette ville comptait accueillir la 5e piste d’atterrissage de Roissy, mais le projet a avorté. Du coup, elle voudrait bien du “circuit Carole II”. A suivre.
votez pour cet article

Abonnez-vous / Communiquez / Partagez cet article :

Newsletter Fil RSS Politikart PARTAGEZ :

Vous aimerez aussi :

Votre commentaire est précieux !
Soyez le premier à réagir !