Abbonez-vous aux parutions Politikart. Entrez votre adresse e-mail:

Jean-Claude Brisseau risque les assises

Publié par Tessa Ivascu. | samedi, décembre 22, 2007 | , | Vos commentaires

Le parquet de Paris a ouvert aujourd'hui, samedi, une information judiciaire pour "viols, agressions sexuelles et harcèlement sexuel par personne ayant autorité" contre le cinéaste Jean-Claude Brisseau. Il doit être présenté cet après-midi à un juge d'instruction en vue de sa mise en examen. Par Tessa Ivascu
.
Après 2 jours de garde à vue, le parquet a requis un placement en détention provisoire du metteur en scène français de 63 ans. Brisseau risque la cour d'assises à l'issue de la procédure. Pour les faits de harcèlement sexuel, il sera en état de récidive légale si le dossier est renvoyé devant une juridiction de jugement. Il encourra une peine-plancher au moins pour cette partie des accusations.
En 2005, Brisseau avait échappé de peu à la prison ferme et à l'inscription au fichier des délinquants sexuels. Le tribunal correctionnel de Paris l'avait condamné à un an de prison avec sursis et à 15 000 euros d'amende pour le harcèlement sexuel de deux actrices lors du casting de Choses secrètes, sorti en 2002.
Brisseau avait été reconnu coupable d'avoir demandé à deux candidates à un rôle de tourner ce qu'il a appelé des "essais érotiques" : se masturber dans des lieux privés ou publics, se livrer à des caresses sexuelles réciproques... Les comédiennes n'avaient déposé plainte qu'après avoir appris qu'elles n'obtiendraient pas de rôle.
Le cinéaste a raconté cette affaire dans le film Les anges exterminateurs, sorti à l'automne 2006. L'occasion, pour lui, de recommencer son rituel pervers, à en croire les actuelles plaignantes. Il s'agit de deux actrices pressenties pour le film, puis écartées : elles ont déposé plainte en octobre 2007, en déclarant avoir eu avec lui des rapports sexuels sous la contrainte. Lors de sa garde à vue, le cinéaste a soutenu que ces relations étaient consenties.
L'avis d'actrices retenues par Brisseau pour des rôles serait évidemment intéressant pour établir la frontière entre "consenti" et "sous contrainte". Pour l'instant, silence.
.
.
votez pour cet article

Abonnez-vous / Communiquez / Partagez cet article :

Newsletter Fil RSS Politikart PARTAGEZ :

Vous aimerez aussi :

Votre commentaire est précieux !
Soyez le premier à réagir !