Abbonez-vous aux parutions Politikart. Entrez votre adresse e-mail:

Dès la fin du concert historique de Led Zeppelin le 10 décembre 2007 à Londres, des centaines de vidéos prises par les spectateurs ont fait leur apparition sur YouTube. Leur suppression quelques heures plus tard, "à la demande de Warner Music Group" a déclenché un tollé planétaire. Au point que la maison de disques est aujourd'hui contrainte de s'excuser et de justifier son "erreur". Par Tessa Ivascu
.
Stairway to Heaven : visionné 1 153 147 fois depuis le 10 décembre.
.
La série de bourdes pathétiques de l'industrie du disque, en pleine déconfiture dans sa guerre contre la circulation de la musique sur internet, continue. La Record Industry Association of America s'était déjà ridiculisée cette année en gagnant un procès contre un dangereux "pirate" : une mère de famille d'âge mûr du Minnesota qui s'était aventurée à utiliser le P2P. .
Aujourd'hui, devant la réaction virulente des internautes, relayée par les journaux les plus respectables, tels le Washington Post, voilà Warner Music obligée de démentir publiquement avoir ordonné la supression des vidéos "pirates" prises par les spectateurs du concert de Led Zeppelin le 10 décembre. Et de faire reposer la faute sur la société Grayzone (chargée de supprimer les vidéos non autorisées d'artistes Warner sur YouTube), qui aurait agi de son propre chef, par excès de zèle.
A son tour Grayzone se défend d'avoir agi volontairement, accusant derechef... les robots, programmés pour supprimer automatiquement les fichiers, selon leur intitulé. La présidente de Graysone "regrette" publiquement "cette erreur qui nous appartient exclusivement. Nous avons agi sans autorisation de la part de Warner ou du groupe". C'est louable mais peu crédible.
Dès le lendemain du concert, les ventes de disques du groupe grimpaient de 500%. Ce ne sont tout de même pas les 18 000 spectateurs de la veille qui ont provoqué cette hausse, mais bien les millions de frustrés de par le monde contraints de visionner sur internet les images tremblotantes de l'événement (un extrait de Stairway to Heaven pris du balcon au téléphone a ainsi été visionné 1 153 147 fois entre le 10 décembre et la publication de cet article aujourd'hui). Merci qui? Les "pirates". Avec un peu de retard, Warner est sans doute arrivée au même calcul et a rappelé ses méchants robots. Depuis, Led Zep sur YouTube, c'est vidéos à gogo.
.
votez pour cet article

Abonnez-vous / Communiquez / Partagez cet article :

Newsletter Fil RSS Politikart PARTAGEZ :

Vous aimerez aussi :

Votre commentaire est précieux !
2 commentaires déjà ! Réagissez !

  1. Bobby Brown // 30 décembre 2007 à 18:15  

    On dit "peer to peer", pas "pier to pier" (sic).

  2. Tessa // 30 décembre 2007 à 22:16  

    Non, on dit pier to pier et on écrit peer to peer, autrement dit Pire Toupie.