Abbonez-vous aux parutions Politikart. Entrez votre adresse e-mail:

Sarkozy en Egypte : coups de feu autour de son bateau

Publié par Tessa Ivascu. | vendredi, décembre 28, 2007 | | 1 commentaires

Dur, dur le métier de photographe quand on veut mitrailler Sarkozy et Bruni. D'abord on les appâte, ensuite c'est eux qui se font mitrailler. Bon, on ne va pas pleurer non plus.
Par Tessa Ivascu
.
Branle-bas de combat autour de Nicolas Sarkozy qui n'avait plus fait les gros titres depuis douze bonnes heures, cédant la "une" à Estrosi (c'est qui?) et sa miss France sauvée des photos. La cata médiatique ! Quand, patratas ! Des coups de feu fendent l'air autour du bateau dans lequel il brunissait Carla au large de Charm el-Cheikh.
Bon, ce ne sont que les forces de sécurité égyptiennes qui tirent en l'air pour empêcher des photographes de s'approcher (tiens, c'est nouveau) de l'embarcation. En tout cas, c'est l'explication fournie par un responsable des dites forces, qui veut garder l'anonymat, lui, par contre.
Et alors ? Alors l'embarcation des photographes s'est éloignée et M. Sarkozy a pu poursuivre sa balade en mer. "C'est un chef d'Etat, il est normal que les mesures de sécurité soient draconiennes", a expliqué l'anonyme.
.
votez pour cet article ici

Abonnez-vous / Communiquez / Partagez cet article :

Newsletter Fil RSS Politikart PARTAGEZ :

Vous aimerez aussi :

Votre commentaire est précieux !
1 commentaire déjà ! Réagissez !

  1. agathe // 28 décembre 2007 à 22:44  

    J'avoue ne pas avoir d'avis concernant la politique Sarko :

    Je partage ma vie avec un éducateur spécialisé lequel n'arrête pas de le critiquer,
    spécifiquement concernant le laius :
    "Travailler plus pour gagner plus"

    Franchement, Je ne sais quoi en penser. Je vais expliquer les raisons qui me laissent sèche sur le sujet.

    Je me suis lancée (complétement aveuglée par le parcours parental lequel a vécu les 30 glorieuses) dans la vente. Mais avant de me lancer dans la vente j'ai fait des études de gestion ds une école à fric. (choix d'études fait tjs aveuglément influencée par mes parents).
    Bref 1992 : Le chômage est au RV pour nous jeunes diplômés...

    Etant d'un naturel plutôt fonceuse, je balance des CV ds des agences d'interim, lesquelles me proposent une mission au sein d'une sté américaine : éditrice de logiciels.
    je suis recrutée pour un poste d'ingé ieur commercial. alors que je voulais faire du marketing ds des compagnies aériennes. les compagnies aériennes ne recrutent pas, ou pas mon profil ... je n'ai pas fait HEC.

    et me voilà embarquée ds un secteur abstrait, moi la concrète et je découvre la putain de pression commerciale, à l'américaine ...

    je bosse 3 ans pour cette boite,

    et me voilà marquée a vie : commerciale informatique. Merci le système français....
    Impossible d'en sortir ou bien je dois accepter des postes ds le tourisme à des salaires de misère. Bac +4 => le Smic.
    à l'époque : je refuse.

    Dc, en synthèse, je fais un boulot depuis 15 ans ds lequel la pression est permanente, je me sens continuellement sur un siège éjectable : rentabilité, rentabilité.

    J'aurais choisi une voie me correspondant plus (shame on me d'avoir voulu (à l'époque) ressembler à mes parents), j'aurais peut-être sans-doute évolué davantage, j'ose franchement l'espérer. Ce qui n'a jamais été le cas, car je n'ai pas le profil pour encadrer des commerciaux.

    Dc pour conclure, les boites ds lesquelles j'ai bossé, qu'elles soient allemandes américaines ou françaises, n'ont comme unique leitmotiv : la rentablité, le profit.
    et plus les années passent, plus on vous augmente vos objectifs. On vous fait miroiter des primes qu'à la première occasion on vous sucre.

    En janvier on vous présente une carotte, vous courrez après cette carotte toute l'année durant et fin décembre, on vous la glisse gentiment dans le cul.

    Dc le "travaillez plus pour gagner plus", ds mon travail, je suis de tte manière de la nique,
    Mais étant consciente que j'ai choisi un métier qui ne me correspond pas, je n'ai pas d'avis sur la question. CAR
    J'ai des proches autour de moi, lesquels ont effectivement bcp bossé et bossent encore tjs bcp, en moyenne 12 heures par jour, voire le dimanche et effectivement, ils gagnent très bien leur vie. et ds leur cas, le "travaillez plus pour gagner plus" est réel.
    Alors "travaillez plus pour gagner plus ?
    Ma réponse : Pas d'avis.