Abbonez-vous aux parutions Politikart. Entrez votre adresse e-mail:

35 heures : Sarkozy nie avoir dit ce qu'il a dit

Publié par Tessa Ivascu. | mercredi, janvier 09, 2008 | | Vos commentaires

Après avoir clairement avoué hier qu'il rêvait de finir avec les 35 heures en 2008, Nicolas Sarkozy a rectifié le tir aujourd'hui, affirmant qu'il ne comptait pas remettre en cause la durée légale du travail. Cela arrive, de rectifier, et aux meilleurs. Ce qui est inquiétant et pas du tout "politikart", c'est de nier qu'il s'agit d'une réctification. Et d'accuser de mensonge ceux qui ont dénoncé ses propos : il les a tenus, donc il les a pas tenus, donc tout le monde, il est méchant. Par Tessa Ivascu
.
Oui, il est une victime du monde politique "inutilement cruel". Voilà la position de M. Sarkozy aujourd'hui, après le tollé qu'il a soulevé hier ( alors qu'on lui demandait s'il souhaitait que l'année 2008 signe la fin des lois Aubry, le président avait eu ce cri du coeur : "pour dire les choses comme je les pense, oui!").
Mais aujourd'hui... non. Ses détracteurs (syndicats et opposition) "mentent", a-t-il déclaré devant les parlementaires. Lui, il voulait simplement aller plus loin dans l'assouplissement des 35 heures pour "libérer les entreprises du carcan des règles qui freinent ou empêchent le recours aux heures supplémentaires" et patati et patata.
.
C'est loin, Louxor... Mais qu'est-ce tu m'embrouilles, là...
.
Le pouvoir d'achat aussi :
j'ai pas dit ce que j'ait dit
Le président ne s'est pas arrêté en si bon chemin. Les détracteurs (toujours les mêmes, inutilement cruels), mentent également lorsqu'ils rappellent les propos que le "président du pouvoir d'achat" a tenu hier sur... le pouvoir d'achat. A savoir que ses marges de manoeuvre étaient très limitées en la matière : "Qu'est-ce vous attendez de moi ? Que je vide des caisses qui sont déjà vides? Que je donne des ordres à des entreprises à qui j'ai pas à donner d'ordres ?", s'était-il notamment exlamé, avec sa rhétorique inimitable.
Mais aujourd'hui... non. "Prétendre qu'on se désintéresse du pouvoir d'achat, c'est un mensonge!" Monde cruel !
.
C'est encore Nicolas Dupont-Aignan (ben oui, pourquoi pas?), aujourd'hui député non-inscrit, qui a résumé le mieux la situation : "J'espère qu'il n'y aura pas un changement demain matin..."

Abonnez-vous / Communiquez / Partagez cet article :

Newsletter Fil RSS Politikart PARTAGEZ :

Vous aimerez aussi :

Votre commentaire est précieux !
Soyez le premier à réagir !