Abbonez-vous aux parutions Politikart. Entrez votre adresse e-mail:

France Televisions refuse la fin de la publicité voulue par Sarkozy

Publié par Tessa Ivascu. | vendredi, janvier 11, 2008 | | Vos commentaires

A l'unanimité : le comité de groupe de France Télévision a rejeté aujourd'hui comme un seul homme le projet de suppression de la publicité dans le groupe de chaînes publiques. Par Tessa Ivascu
.
Les syndicats CGT, CFDT, FO, CFTC, SNJ, CSA, SITR et SRCTA ont également demandé au P-DG Patrick de Carolis de s'opposer au "plan social présidentiel" et de réclamer plutôt une "véritable réforme, ambitieuse et dynamique, dans laquelle le groupe aurait les moyens de piloter son destin". Ces demandes ont eu lieu au cours de deux assemblées générales "assez mouvementées", aux dires du comité de groupe (c'est sans doute un euphémisme, non tu crois?).
Le comité a fait part de "l'extrême inquiétude" des 11 000 salariés de France Télévisions après l'annonce de Nicolas Sarkozy du projet de suppression de la publicité, précise Reuters. .
Albanel n'as pas "d'idée" (étonnant, non?)
Hier soir Christine Albanel, la ministre de la Culture, avait annoncé sur France 2 que le projet de loi sur la suppression de la publicité sur France Télévisions serait déposé "après les municipales"(ben tiens !) et qu'il pourrait être "voté avant l'été". Elle a réaffirmé que le manque à gagner pour la télévision publique - 800 millions d'euros - serait intégralement compensé "de manière dynamique sur un système de taxation qui augmentera" (comprenne qui pourra...).
Le but étant que France Télévisions ait "les moyens de ses ambitions"(comprenne qui pourra bis). L'inestimable Albanel a estimé que les chiffres d'affaires des fournisseurs d'accès à internet et à la téléphonie mobile, qui pourraient être taxés (rêve toujours !), représentaient "plus de 50 milliards d'euros". Ces solutions ont été jugées unanimement "irréalistes" par les syndicats.
Surtout que la dame, parfaitement au fait de son dossier, comme tout ministre se doit de l'être, a expliqué ne pas avoir "d'idée" sur le montant de la taxe qui sera appliquée sur les recettes publicitaires des chaînes privées.
Moi, quand je n'ai pas d'idée, je ne l'ouvre pas, mais je ne suis pas ministre. Alors...

Abonnez-vous / Communiquez / Partagez cet article :

Newsletter Fil RSS Politikart PARTAGEZ :

Vous aimerez aussi :