Abbonez-vous aux parutions Politikart. Entrez votre adresse e-mail:

Josiane Balasko dénonce la situation des sans-papiers

Publié par Tessa Ivascu. | mardi, janvier 01, 2008 | | Vos commentaires

L'année 2008 a débuté pour Josiane Balasko, tout comme pour d'autres sympathisants et militants du Réseau éducation sans frontières, par une manifestation devant le centre de rétention administratif (CRA) de Vincennes pour dénoncer la situation faite aux sans-papiers. Par Tessa Ivascu
.
Josiane Balalsko et les manifestats devant le CRA de Vincennes cet après-midi. Copyright: AFP.
.
"On est là pour montrer qu'en France il y a des citoyens qui n'ont pas envie que les étrangers soient traités comme ça", a expliqué Josiane Balasko. "Ces gens, ces hommes, ont été arrêtés au faciès pour faire du chiffre. C'est une image de la France que je n'aime pas", s'est-elle indignée. Les manifestants, parmi lesquels l'acteur Charles Berling, Valérie Lang (fille de Jack Lang), le cinéaste Laurent Cantet, ont scandé des slogans comme "arrêt des rafles", "arrêt des expulsions", "fermeture des centre de rétention", "liberté pour tous les sans-papiers".
Selon Pablo Krasnopolsky du RESF, la manifestation a eu pour objectif "d'attirer l'attention sur ce qui se passe à l'intérieur" des centres, "qui n'est pas sans rapport avec la course aux 25 000 expulsions" (objectif fixé par les autorités pour 2007). La mobilisation de RESF a pour but également d' «attirer l'attention sur la directive de la honte», une directive européenne discutée en janvier, qui prévoit de porter la durée de rétention administrative à 18 mois.
En fin d'après-midi, Josiane Balasko a obtenu l'autorisation de se rendre à l'intérieur du centre pour rendre visite à un des porte-parole des retenus, Kinuabi Nvovi, d'origine angolaise, compositeur-chanteur en France depuis 20 ans, arrêté le 11 décembre. "On va essayé de s'occuper de lui", a-t-elle affirmé. Un médecin généraliste du Val-de-Marne, qui s'était vu refuser lundi l'accès à l'intérieur du centre, au prétexte qu'il était médecin, a pu rencontrer mardi, grâce selon lui à Josiane Balasko, un retenu tunisien malade, en rétention depuis le 14 décembre.
Le mouvement de protestation contre les conditions de rétention a commencé la semaine dernière au centre du Mesnil-Amelot, en Seine-et-Marne et s'est propagé aux deux CRA de Vincennes le week-end dernier.
.

Abonnez-vous / Communiquez / Partagez cet article :

Newsletter Fil RSS Politikart PARTAGEZ :

Vous aimerez aussi :

Votre commentaire est précieux !
2 commentaires déjà ! Réagissez !

  1. Anonyme // 2 janvier 2008 à 14:21  

    je préfère Mme Balasko à M.Bigart, je me demande pourquoi donc

  2. Agathe // 2 janvier 2008 à 15:50  

    Ces célébrités qui se mettent ds le devant de la scène ont tendance à me gonfler.
    J'y vosi souvent une récupération et une façon de faire sa propre promo.
    JB est-elle peut-être plus transparente et honnête ds sa démarche, j'ose le penser.
    En ts cas, hyper décevant les bronzés 3 auquel elle a participé, elle devait avoir vraiment besoin d'argent, car plus lamentable on ne fait pas. Elle ns a roulé ds la farine sur ce coup là.