Abbonez-vous aux parutions Politikart. Entrez votre adresse e-mail:

L'Inde profite de Sarkozy pour étaler sa puissance

Publié par Tessa Ivascu. | samedi, janvier 26, 2008 | | Vos commentaires

Nicolas Sarkozy, en visite d'Etat en Inde (sans Carla Bruni), a assisté samedi à New Delhi à la grande parade militaire pour la fête nationale. L'Inde n'a pas loupé l'occasion d'étaler son envergure militaire ainsi que son ambition de devenir une superpuissance. Le président français est ensuite arrivé dans la ville d'Agra pour visiter le mausolée Taj Mahal (toujours sans Carla Bruni).
.
"Grâce à l'essor impressionnant de l'économie indienne, l'Inde est devenue un puissant acteur de la mondialisation", a affirmé Pratibha Patil, la présidente indienne, alors qu'un impressionnant défilé avait lieu au coeur de New Delhi. Pendant deux heures, sous les yeux de l'invité d'honneur Nicolas Sarkozy, le "puissant acteur" a étalé ses armements dernier cri, notamment ses blindés, ses avions de chasse; surtout ses missiles balistiques à capacité nucléaire pour lesquels elle effectue régulièrement des tirs d'essai.
A leur suite, pour adoucir un peu le message, l'Inde a fait parader des chars fleuris aux couleurs des 28 Etats fédérés de l'Union, pour rappeler son titre de "plus grande démocratie du monde" : "plus grande" car peuplée de 1,1 milliard d'hindous, musulmans, sikhs, chrétiens, bouddhistes, animistes, parlant des milliers de dialectes et 18 langues officielles.
Les dromadaires, c'est bien joli,
mais les missiles balistiques, c'est top.
.
Au chapitre des records, si l'Inde se plait à rappeler qu'elle a la deuxième plus forte croissance économique au monde (9%), et aussi qu'elle détient l'arme atomique, elle pavoise moins avec d'autres bilans : l'Inde n'a pas signé le traité de non prolifération nucléaire (TNP), elle est aussi le quatrième pollueur de la planète et sa "démocratie multiculturelle" est loin d'être sortie du sous-développement. Et de la violence.
Samedi, pour les besoins du défilé, les autorités ont imposé un quasi couvre-feu à New Delhi. Les rues étaient désertes, ce qui pour une ville de 14 millions d'habitants est effectivement un record. La mégalopole était également quadrillée par 72 000 policiers et paramilitaires, par crainte d'attentats. Pour rappel, le pays est régulièrement en proie aux attaques terroristes et aux insurrections autonomistes ou indépendantistes, notamment au Cachemire.

Abonnez-vous / Communiquez / Partagez cet article :

Newsletter Fil RSS Politikart PARTAGEZ :

Vous aimerez aussi :

Votre commentaire est précieux !
Soyez le premier à réagir !