Abbonez-vous aux parutions Politikart. Entrez votre adresse e-mail:

Qui est Jerome Kerviel le fraudeur de Societe Generale?

Publié par Tessa Ivascu. | jeudi, janvier 24, 2008 | | Vos commentaires

Jérôme Kerviel, âgé d'une trentaine d'années, est devenu l'homme le plus recherché du monde (financier). La Société Générale, qui a déposé plainte cet après-midi 24 janvier contre celui qui lui a fait perdre 4,9 milliards d'euros, ignore où il se trouve. Pour l'anecdote, un groupe s'est constitué sur Facebook, "Finding Jérôme Kerviel", pour le traquer.
.
Il y avait l'as des as, lui c'est le crack des krachs. Nous avons appris son nom par le site du Financial Times. Jérôme Kerviel, 31 ans, auteur de la fraude la plus massive de l'histoire de la finance, reste introuvable : "Je ne sais pas où il est", a déclaré le PDG de Société Générale Daniel Bouton. Il a été interrogé par sa direction samedi dernier, après la découverte d'irrégularités.
Il est ensuite rentré chez lui et n'a plus a été vu dans les bureaux de la Société générale. Il est désormais recherché par la police. La banque a porté plainte pour "faux en écritures de banque, usage de faux et intrusions informatiques" auprès du parquet du Tribunal de Nanterre.
Selon M. Bouton (qui n'a pas révélé le nom du fraudeur lors de sa conférence de presse ce matin), c'est "un homme seul qui a eu l'intelligence d'échapper à toutes les procédures de contrôle. Un homme seul qui a construit une entreprise dissimulée à l'intérieur du groupe en utilisant les instruments de la Société Générale".
Jerome KervielNé le 11 janvier 1977, Kerviel est diplômé de l'Université Lyon II, où il a décroché un master en finance de marché, selon le site internet de l'association des anciens élèves de l'institution. Entré à la Société Générale en août 2000 il a d'abord travaillé dans la division banque d'investissement et de financement (SG CIB), où il acquis la connaissance "aussi intime que perverse" des procédures de contrôle, selon les mots de Jean-Pierre Mustier, le patron de SG CIB, lors de la conférence de presse des dirigeants ce matin.
.
Jérôme Kerviel.
.
En 2005, il passe du côté du "front office", où il est chargé de "prendre des positions" sur des indices de contrats à terme. Sa rémunération annuelle, y compris la part variable (bonus), était inférieure à 100 000 euros, ce qui le situe dans les tranches les plus basses de ce type de métier. M. Mustier, qui l'a interrogé longuement le week-end dernier après la découverte des irrégularités, se dit "convaincu" qu'il a agi seul : "compte tenu de la méthode utilisée, il semble impossible qu'il ait agi avec des complices". "Ses motivations sont incompréhensibles" pour les dirigeants de la banque, précisant qu'il ne s'est apparemment pas enrichi personnellement.
.
Un être "sans génie particulier"
Kerviel a opéré des fraudes tout au long de l'année 2007. Il a créé un système parallèle indétectable, il "a construit depuis son poste de travail une entreprise dissimulée à l'intérieur de nos salles de marché" et il a réussi "à chaque fois à cacher ces positions par d'autres positions", explique Daniel Bouton. Le PDG lui reconnait un"extraordinaire talent" de dissimulation, qui lui a permis de "changer ses positions, de les déplacer au fur à mesure des contrôles, car il connaît le calendrier des contrôles".
Jérôme Kerviel a parié massivement et à tort sur une hausse des indices boursiers européens. Les pertes potentielles sur ses positions représentaient environ 1 milliard d'euros lorsqu'elles ont été découvertes samedi mais elles avaient rapidement enflé lundi et mardi jusqu'à 4,9 milliards, la banque ayant décidé de les solder alors que les marchés boursiers du monde entier plongeaient.
La DRH a évoqué auprès des syndicats "un être fragile", "sans génie particulier", traversant des "difficultés familiales". Ceux-ci ont dit à l'AFP que la fraude leur a été présentée par la direction comme un "acte de malveillance". Certains syndicalistes ont parlé de "suicide professionnel".
Par ailleurs, Kerviel comptait une dizaine d' "amis" sur Facebook avant la découverte de la fraude. Depuis, ils ont disparu, remplacés sur Facebook par le groupe de "Ceux qui recherchent Jerome Kerviel, l'homme qui vaut 4.9 milliards!!!" et par un autre, "Finding Jérôme Kerviel". Vous avez dit "sans génie particulier"?
.

Abonnez-vous / Communiquez / Partagez cet article :

Newsletter Fil RSS Politikart PARTAGEZ :

Vous aimerez aussi :

Votre commentaire est précieux !
8 commentaires déjà ! Réagissez !

  1. Anonyme // 24 janvier 2008 à 22:37  

    La DRH de la Société Générale a estimé que ce trader était un homme "sans génie particulier". Bigre! qu'aurait été cette affaire s'il avait possédé "l'intelligence et la clairvoyance" de cette DRH. Celles-ci à force de recruter sur des critères graphologiques et autres sélections aussi fumeuses ( c'est tellement plus facile de s'abriter derrière une "base scientifique reconnue" en cas d'erreur que de les assumer, finissent par avoir les employés qu'elles méritent.

  2. Tessa Ivascu // 24 janvier 2008 à 23:48  

    L'employé de Michelin qui a essayéde vendre des secrets à Bridgestone (arnaque mineure par comparaison, certes) avait le même "profil" : trentenaire renfermé mais capable, sans signe particulier. Ce sont eux ou les DRH qui sortent du même moule?

  3. AL // 25 janvier 2008 à 13:58  

    Vives les DRH !

    Commentaires bien représentatifs d'un DRH ...

  4. al // 25 janvier 2008 à 14:00  

    Ce trader un un air de Lee Harvey Oswald

  5. chenlina // 14 mars 2016 à 07:01  
  6. chenlina // 17 mai 2016 à 07:57  
  7. Hua Cai // 10 juin 2016 à 14:46  
  8. 林东 // 13 juin 2016 à 03:07