Abbonez-vous aux parutions Politikart. Entrez votre adresse e-mail:

Jérôme Kerviel parle et charge Société Générale

Publié par Tessa Ivascu. | mardi, février 05, 2008 | | Vos commentaires

Dans une interview exclusive accordée aujourd'hui à l'AFP, Jérôme Kerviel reconnaît sa "part de responsabilité" dans le scandale de la Société Générale. Après avoir été entendu hier pendant environ huit heures par les juges Renaud van Ruymbeke et Françoise Desset, il réaffirme son refus d'être le "bouc émissaire" de la banque.
.
Le trader s'est offert les services d'un conseiller en communication en la personne de l'ancien journaliste Christophe Reille. Du coup, une rencontré fut organisée aujourd'hui avec l'AFP au cabinet de son avocate, Me Elisabeth Meyer. Dans cet entretien, Jérôme Kerviel affirme notamment : "J'ai été désigné par la Société Générale. J'assume ma part de responsabilité mais je ne serai pas le bouc émissaire de la Société Générale".
Il confie que pour un trader la "notion des montants" est "dématérialisée" et qu' "on se laisse un peu emporter", mais précise : "Je n'ai jamais eu d'ambition personnelle dans cette affaire. L'objet, c'était de faire gagner de l'argent à la banque".
Kerviel avait déjà déclaré auparavant aux enquêteurs de la brigade financière : "Je ne peux croire que ma hiérarchie n'avait pas conscience des montants que j'engageais". Selon lui, ses supérieurs fermaient les yeux sur ses agissement tant qu'il "générait du cash". "Il y aurait beaucoup de choses à dire. Il y a beaucoup de déformations dans la presse", a-t-il ajouté sans entrer dans le détail.
Le courtier, qui est soupçonné de falsifications ayant coûté 4,82 milliards d'euros à la Société Générale, juge le battage médiatique "vraiment oppressant", mais précise : "Je ne suis pas suicidaire ni dépressif".
Jérôme Kerviel le 5 février 2008Est-ce parce qu'il est devenu la cible des médias, ou la cible de quelqu'un d'autre, en tout cas le courtier a été placé sous protection policière à la demande du ministère des Finances.
.
Placé sous haute protection policière.
Seulement contre l'invasion des médias?
.
Kerviel a été entendu lundi sur le fond du dossier par les juges qui l'avaient mis en examen. A cette occasion, le trader a maintenu sa version des faits. Les juges van Ruybeke et Desset l'avaient placé sous contrôle judiciaire, une décision dont le parquet a fait appel.
La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris doit examiner l'appel vendredi après-midi.

Abonnez-vous / Communiquez / Partagez cet article :

Newsletter Fil RSS Politikart PARTAGEZ :

Vous aimerez aussi :

Votre commentaire est précieux !
3 commentaires déjà ! Réagissez !

  1. al // 7 février 2008 à 12:41  

    Kerviel a effectivement perdu le contrôle des sommes qu' il engageait, l'appât du gain et de la réussite et le fait aussi de vouloir regarder de haut la caste des X ont eu raison de lui,
    il a effectivement auissi fait de faux mails

    MAIS

    il a une direction qui est en charge de contrôler son travail
    visiblement dès le début 2007 il a commencé à engager des sommes énormes sans se couvrir
    dc sa direction directe doit aussi sauter

    des failles au niveau du SI
    Les responsables sécu doivent sauter

    Quant à Bouton, il est effectivement à la tête de cette grosse structure
    il doit remettre le bateau à flot sans salaire.

  2. John // 13 avril 2016 à 04:13  
  3. Meiqing Xu // 25 avril 2016 à 09:41