Abbonez-vous aux parutions Politikart. Entrez votre adresse e-mail:

Kosovo indépendant: premiers incidents, l'OTAN intervient

Publié par Tessa Ivascu. | mardi, février 19, 2008 | | 1 commentaires

La force de l'Otan KFOR est intervenue aujourd'hui au Kosovo pour la première fois depuis son indépendance afin de calmer des Serbes en colère alors que le diplomate en chef de l'Union européenne, Javier Solana arrivait à Pristina. Les premières reconnaissances formelles sont tombées lundi (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Australie) mais l'indépendance du Kosovo continue de diviser. Cinq pays de l'UE ne sont pas disposés à la reconnaître. Belgrade et Moscou, allié de la Serbie, y restent catégoriquement opposés.
.
Kosovo, poste-frontière en feu le 19 février 2008La KFOR, qui assure la sécurité au Kosovo depuis 1999, s'est déployée après des incidents à deux points de passage entre la Serbie et la partie nord du Kosovo où vivent quelque 40 000 Serbes. "Depuis la proclamation d'indépendance, c'est la première fois que l'on demande à la KFOR d'intervenir", a dit à l'AFP le porte-parole de la force de l'OTAN pour le Nord, le commandant Etienne de Fayet de la Tour.
.
Un poste frontière en feu le 19 février. Copyright Marko Djurika/Reuters.
.
Selon la police kosovare, des "groupes de Serbes en colère" ont "mis le feu" à des bâtiments. L'incident a eu lieu alors que le diplomate en chef de l'UE Javier Solana, premier haut responsable étranger à se rendre au Kosovo depuis la proclamation d'indépendance, était attendu à Pristina en début d'après-midi.
M. Solana est accompagné du général français Yves de Kermabon et du Néerlandais Pieter Feith, qui vont prendre la tête de la mission de police et de justice de l'UE et du Bureau civil international qui doit encadrer l'indépendance, prenant ainsi à terme le relais de la mission de l'ONU qui gérait le Kosovo depuis 1999.
Lundi à Bruxelles, après une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE, la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Italie avaient annoncé, de manière coordonnée, leur intention de reconnaître l'indépendance. D'autres pays de l'UE ont fait de même, soit un total d'une vingtaine.
Mais au moins cinq Etats membres de l'UE ne sont pas disposés à reconnaître le Kosovo, au moins dans l'immédiat: l'Espagne, Chypre, la Grèce, la Slovaquie et la Roumanie. La Bulgarie, qui comptait auparavant parmi les opposants, envisage à présent une reconnaissance dans quelques semaines.

Lire aussi : Kosovo: une indépendance qui divise et qui reste symbolique.

Abonnez-vous / Communiquez / Partagez cet article :

Newsletter Fil RSS Politikart PARTAGEZ :

Vous aimerez aussi :