Abbonez-vous aux parutions Politikart. Entrez votre adresse e-mail:

Si la gauche avait voté contre à l'unisson, lundi 4 février au Congrès du Parlement à Versailles, elle aurait réuni quinze voix de plus que nécessaire pour faire échouer le projet ratification du traité de Lisbonne. C'est ce que démontre l'analyse du vote des parlementaires. Mais la stratégie de l'abstention choisie par le PS a permis à Nicolas Sarkozy d'avoir gain de cause, malgré les votes contre de 15 députés de droite.
.
Etrange et, pour certains, amer constat à la lecture du document officiel décomptant les votes pour et contre la ratification parlementaire du traité de Lisbonne (consultez le document en fin d'article). Ce décompte fait apparaître en effet que Sarkozy pouvait être mis en échec sur la révision constitutionnelle et aurait donc été obligé de recourir au référendum pour la ratification du traité de Lisbonne.
Si, au lieu de s’abstenir ou de l’approuver, les députés et sénateurs socialistes avaient voté contre, Nicolas Sarkozy aurait "convoqué, le soir même, une réunion de crise à l’Élysée, et aurait dû se rendre à l’évidence : pour poursuivre la ratification du traité, la seule possibilité serait de convoquer un référendum sur la révision constitutionnelle préalable, comme l’y autorise l’article 89 de la Constitution, et, le cas échéant, sur le traité lui-même", regrette L'Humanité.
Au-delà de ce qu'aurait fait M. Sarkozy en cas de défaite, le décompte des votes contredit l'argument de certains socialistes qui déclaraient que de toute façon, même si les élus PS votaient contre à l'unanimité, le "non" à la révision constitutionnelle serait minoritaire. En réalité, si tel avait été le cas, la révision aurait été rejetée à plus des 2/5 nécessaires, soit 15 voix de plus.
En effet 15 députés de droite ont voté contre le texte. Voilà comment s'écrit l'histoire au PS : d'abstention en abstention, jusqu'à la disparition?
.

Abonnez-vous / Communiquez / Partagez cet article :

Newsletter Fil RSS Politikart PARTAGEZ :

Vous aimerez aussi :

Votre commentaire est précieux !
4 commentaires déjà ! Réagissez !

  1. fab' // 6 février 2008 à 18:48  

    quelle gauche de m…

  2. yann // 6 février 2008 à 23:03  

    Et si on s'abstenait de voter à gauche pour les municipales? Sans rire, rien, aucune voix.

    Ma question: faut il aller jusqu'au fond de la bouteille pour voir l'avenir en rose?

  3. Anonyme // 7 février 2008 à 10:19  

    ce n'est pas une gauche de m que nous avons mais une droite appliquant méthodiquement une politique favorable aux très riches et au grand capital.
    pourquoi penser que le PS devait/pouvait voter à 100% contre le mini traité? alors que ma majorité du PS avait appelé à voter pour la constitution? et que le mini traité n'a rien à voir avec cette constitution. j'ai voté non au référendum car c'était un nivelement social par le bas qui était proposé. le mini traité d'une maniere ou d'une autre aurait été adopté et aucun grand parti n'aurait voté à 100% d'un coté ou de l'autre.
    alors que les gens qui ont une sensiilité de gauche se focalisent plutot sur les expulsions d'étrangers à Paris, la chasse aux familles qui voulaient juste un meilleur avenir pour leurs enfants en France, les franchises médicales, les tests ADN , le blocage du SMIC, la casse des 35 heures; c'est cela Sarkozy
    et rester chez soi aux municpales , cela ferait très plaisir à SArkozy.
    c'est bien de taper sur le PS , segolene etc ...cela fait bien avancer le débat!
    cela me rappelle que la classe journalistique avait repris en choeur la bravitude pour completement oublier "l'héritation" de sarko prononcée le même jour.

    bon, allez ...je vais me replonger dans la lecture de Mariane

  4. Tessa Ivascu // 7 février 2008 à 13:24  

    Replonge-toi dans marianne (avec 2 n), pour mieux faire l'autruche alors, comme eux l'ont fait à Versailles.
    C'est vrai que le PS avait appelé majoritairement à voter pour la Constitution auparavant. Alors pourquoi se sont-ils abstenus?
    Nota bene : ici, nous n'oublions pas l'héritation et nous aimons la bravitude...