Abbonez-vous aux parutions Politikart. Entrez votre adresse e-mail:

Ryanair propose 1 euro à Sarkozy-Bruni et 5 000 a une oeuvre

Publié par Tessa Ivascu. | vendredi, février 01, 2008 | | 1 commentaires

Hier 31 janvier, devant le juge de référés, l'avocat de Nicolas Sarkozy et Carla Bruni plaidait contre la compagnie Ryanair, qui avait utilisé leur image à des fins publicitaires. Il réclamait 1 euro symbolique pour le président, mais 500 000 pour l'ex top model. Francis Teitgen, l'avocat de Ryanair a fait une contre-proposition argumentée dans un esprit très "politikart" : 1 euro à chacun, "par souci d'équité". Plus un don de 5 000 à une oeuvre caritative.
.
"Le couple - le beau couple - qu'ils forment, les mots qu'ils s'échangent, les rêves qu'ils caressent, n'appartiennent qu'à eux", a commencé, lyrique, le bâtonnier Francis Teitgen. "Mais la révélation de cet amour est le fait du président de la République lui-même. Et ce couple va autoriser la prise de milliers de photos. De belles photos de ce très beau couple", s'extasie-t-il, retors.
A propos de Carla Bruni, l'avocat argumente : "On s'intéresse à la femme. Parce que cette femme, avouons-le, on a tous envie de se l'approprier un peu. Ce sera peut-être la première dame de France !" S'il reconnait comme "impertinente" l'utilisation de la photo du "beau" couple, l'avocat estime qu'elle ne peut être jugée "blessante ou attentatoire à la dignité".
.
Cette photo volée du baiser du couple en Egypte, publiée par Point de vue, n'avait pourtant pas attiré les protestations de Sarkozy ou de Bruni...
.
Conclusion : "Le président de la République demande 1 euro de dommages et intérêts. C'est parfaitement digne de sa part. Mais la demande de Carla Bruni me paraît d'une nature différente. Elle demande 500 000 fois plus que le président de la République ! C'est beaucoup!"
Alors, "par souci d'équité, votre tribunal donnera la même réparation à Carla Bruni et à Nicolas Sarkozy. Maintenant, je vous précise que nous sommes tout prêts à verser 5 000 euros à une oeuvre de charité qu'(ils) nous indiqueraient..."
Décision le 5 février.

Abonnez-vous / Communiquez / Partagez cet article :

Newsletter Fil RSS Politikart PARTAGEZ :

Vous aimerez aussi :