Abbonez-vous aux parutions Politikart. Entrez votre adresse e-mail:

Sarkozy et Bruni mariés discrètement: Balkany révèle pourquoi

Publié par Tessa Ivascu. | dimanche, février 03, 2008 | | Vos commentaires

Carla Bruni et Nicolas Sarkozy se sont mariés samedi discrètement - dans un salon de l'Elysée quand même -, sans avoir publié de bans auparavant et, incroyable mais vrai, sans photographes (tant pis pour l'album de famille de mémé). Ensuite, ils ont passé leur nuit de noces à la Lanterne (et non pas à la Bougie, polissons!), loin des jets bollorés et des palais arabes. Par Tessa Ivascu
.
Patrick Balkany, ami qui sait tout et qui la ramène beaucoup, explique les raisons de cette frustrante privation de bling-bling présidentiel. Le code civil prévoit en effet une dérogation qui permet de ne pas publier les bans - assurant ainsi la confidentialité de l'union - "pour des causes graves".
L'hilarant Balkany (enfin, hilarant quand vous n'avez pas affaire à lui, car Patrick a eu aussi quelques déboires avec la justice impliquant l'usage d'un certain 357 Magnum), nous révèle aujourd'hui en quoi consistait la gravité de la situation. Car Patrick fait partie des amis dits "de 30 ans" du président de la République (Balkany, Bazire, Bolloré, Bouygues, c'est une équipe Béton). Alors voilà :
.
"Il ne voulait pas faire de mariage à la mairie à cause de vous, des médias, parce qu'il ne voulait pas que vous lui reprochiez de mettre encore sa vie privée en avant. Ils ont considéré que le meilleur moyen d'être heureux et d'être tranquilles, c'est de se marier", a expliqué sur RTL le toujours député des Hauts-de-Seine.
.
Il y a de pires motivations pour un mariage, mais il y en a aussi de meilleures que celle d'obtempérer pour ne plus se faire gronder par n'importe quel gratte-papier de l'AFP (qui d'ailleurs n'a jamais rien demandé et nous non plus).
Entre cette raison et celle fournie hier par Bernie Chirac (lire notre article, lien ci-dessous) - un président a besoin d'un punching ball -, laquelle est la pire?

.
Oh, zut, pardon, ça, c'était l'autre ! Bon, maintenant, c'est fait, c'est fait...
.
Lire aussi :

Abonnez-vous / Communiquez / Partagez cet article :

Newsletter Fil RSS Politikart PARTAGEZ :

Vous aimerez aussi :

Votre commentaire est précieux !
Soyez le premier à réagir !