Abbonez-vous aux parutions Politikart. Entrez votre adresse e-mail:

Sarkozy fait son plan banlieues: mais qui paiera le bus?

Publié par Tessa Ivascu. | dimanche, février 10, 2008 | | 1 commentaires

Nicolas Sarkozy a présenté vendredi quelques mesures pour l’éducation dans le cadre de son plan "Espoir banlieues" : "écoles de la deuxième chance", "internats d'excellence", plus de carte scolaire... Le tout pour aider les enfants issus de "milieux défavorisés", concept flou s'il en est. Fadela Amara a beau se déclarer "hyper contente", les syndicats n'ont pas tardé à emmettre des critiques.
.
Dans l'ensemble du plan "Espoir banlieues", "on retrouve en fait toujours la même conception qui nie les inégalités sociales pour se concentrer sur les individus qui méritent ou qui ne méritent pas", analyse sur 20minutes Gérard Aschieri, secrétaire général de la fédération majoritaire dans l'Education (FSU). Selon lui, les écoles de la deuxième chance "sur l'ensemble du territoire" ne sont qu'un "palliatif", par contre rien n'est prévu "pour prévenir l'échec".
Ces établissements demanderaient "beaucoup de moyens et d’investissement pour peu de résultats", affirme Frédérique Rolet, secrétaire générale du Syndicat national des enseignants du second degré (Snes). Quid de l'utilisation de la carte d'apprentissage pour augmenter les ressources de ces écoles? "A moins que cette taxe ne soit augmentée, cela risquerait de léser les lycées professionnels et technologiques qui en bénéficient aujourd’hui", avertit Anne Kerkhove, présidente de la PEEP (parents d'élèves).
.
Clichy-sous-Bois, Seine-Saint-Denis. Il en faut, de l'espoir.
.
Quant aux "internats d’excellence", ils ne sont une bonne idée que "si la gratuité des internats est proposée aux parents. Un internat reste un internat, qu’il soit d’excellence ou pas", fait remarquer Farid Hamana, président de la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE).
Selon le "plan"de M. Sarkozy, tous les proviseurs de lycée devront présenter 5 % de leurs meilleurs élèves en classes préparatoires. "Mieux vaudrait favoriser le développement des classes prépa au sein des lycées moins favorisés plutôt que de retirer tous les bons élèves des quartiers", retorque Frédérique Rolet du Snes.
Enfin, le "plan Espoir" prévoit l'expérimentation du "busing" (transport scolaire en autobus) pour permettre à des enfants des quartiers défavorisés de fréquenter des établissements scolaires d'autres quartiers ou des centres-villes.
La présidente du PEEP, Anne Kerkhove se demande : "Comment les enfants de ces quartiers favorisés seront sélectionnés, parce que les capacités d’accueil dans les établissements convoités seront forcément limitées? Et qui paiera le bus?"
Ben, mettez de "l'espoir" dans votre moteur !

Abonnez-vous / Communiquez / Partagez cet article :

Newsletter Fil RSS Politikart PARTAGEZ :

Vous aimerez aussi :