Abbonez-vous aux parutions Politikart. Entrez votre adresse e-mail:

Sectes: Claude Goasguen accuse Sarkozy de machiavélisme

Publié par Tessa Ivascu. | jeudi, février 21, 2008 | | 1 commentaires

Nicolas Sarkozy a beau prôner la fermeté et se défendre d'avoir jamais eu la moindre faiblesse envers l'Eglise de scientologie après la polémique déclenchée par des propos prêtés par VSD à sa directrice de cabinet, Emmanuelle Mignon. La polémique continue toujours, tant les démentis de Mme Mignon sont faiblards et la défense du président de la République molle du genou. Dans son propre camp, les critiques commencent à sentir le vitriol.
.
Bon, les activités sectaires sont "inadmissibles", il n'a jamais eu de "faiblesse" pour la scientologie... Nicolas Sarkozy essaie de la jouer ferme dans la polémique sur les sectes déclenchée par sa directrice de cabinet, pour qui les sectes sont un "non problème" et la scientologie, si elle n'est pas interdite, doit exercer son culte "en paix".
Mme Mignon dément certains de ses propos à VSD (et alors? Encore une plainte au pénal contre un journaliste?) et tente de corriger les autres : "S'il y a des mouvements sectaires qui abusent de la faiblesse des gens ou qui troublent l'ordre public, ils constituent un problème", explique-t-elle dans Le Figaro. Elle ne contredit pas en revanche d'autres déclarations rapportées par VSD, quand elle juge "scandaleuse" la liste des mouvements sectaires établie en 1995 par une commission parlementaire sur laquelle figure l'Eglise de scientologie. Tout cela ne convainc pas à l'UMP, qui grogne d'autant plus que Mme Mignon, profondément catholique, a écrit certains des discours les plus contestés de Nicolas Sarkozy sur la religion et la laïcité, en particulier celui de Latran.
Après Jean-Pierre Raffarin sur LCI, pour qui "s'exprimer c'est un métier" (que Mme Mignon ne possède pas), voilà Claude Goasguen, député UMP de Paris, qui dégaine sur Radio Classique :
"Nicolas Sarkozy a donné le feu vert à ses conseillers de parler et c'est bien là le problème". Et d'ajouter : "S'il y a eu une stratégie assez machiavélique qui consistait à dire 'on va essayer de faire oublier le pouvoir d'achat en faisant des déclarations sur tout autre sujet', c'est raté".
Voilà une phrase qu'on aurait aimé entendre de la part de la gauche...

Abonnez-vous / Communiquez / Partagez cet article :

Newsletter Fil RSS Politikart PARTAGEZ :

Vous aimerez aussi :