Abbonez-vous aux parutions Politikart. Entrez votre adresse e-mail:

Le jury du prix "Press club, humour et politique" vient de faire sa deuxième sélection de six "petites phrases" pour son Prix 2008, qui récompensera l'auteur de la phrase politique a plus drôle de l'année, qu'il s'agisse d'humour volontaire ou involontaire. Dernière sélection prévue pour juin, nos comiques préféres ont le temps.
.
Parmi les six phrases sélectionnés par le jury du "Press club, humour et politique", l'ennivrante promesse de François Bayrou, au soir de sa défaite aux municipales : "Je vous le promets, nous aurons d'autres victoires" (un petit parfum de plagiat de Ségolène au soir de sa défaite aux présidentielles, mais réussi quand même).
De Xavier Bertrand, ministre du Travail, le jury a retenu : "Le Parti socialiste est un parti sans leader. François Bayrou est un leader sans parti. Ils sont faits pour fusionner".
Le très réussi jeu de mots du Premier ministre François Fillon n'est pas oublié : "Quand j'ai appris que Xavier Bertrand appartenait à la Franc-Maçonnerie, je ne me suis pas étonné de le découvrir Maçon ; mais franc, ça m'en bouche un coin".
Et aussi les deux meilleures, selon nous. Celle de Bernard Laporte, ministre des Sports débarquant en Guadeloupe : "Je voulais voir les Antilles de vive voix" ; celle de Christian Estrosi, ancien ministre, maire de Nice, s'adressant à des journalistes accompagnant le chef de l'Etat en Guyane : "Vous avez vu comme Monsieur Sarkozy est populaire en forêt amazonienne ?".
Avaient déjà été retenues en décembre 6 autres phrases, parmi lesquelles celle de Nadine Morano : "Fadela Amara au gouvernement, cela montre les limites du casting à la Fogiel". Et celle de Christine Lagarde, ministre de l'Economie : "Pour faire face à la hausse du prix du pétrole, je conseille aux Français de faire du vélo".
Et, bien sûr, celle de Rama Yade, secrétaire d'Etat aux Droits de l'homme : "Je me retrouve avec la journée des droits de l'Homme sur les bras et Kadhafi sur le tarmac".
Ben, Rama, fallait lui dire : "casse-toi, pauvre con".

Abonnez-vous / Communiquez / Partagez cet article :

Newsletter Fil RSS Politikart PARTAGEZ :

Vous aimerez aussi :