Abbonez-vous aux parutions Politikart. Entrez votre adresse e-mail:

Hollande à Fillon: la vérité si tu mens sur le déficit

Publié par Tessa Ivascu. | dimanche, mars 30, 2008 | | Vos commentaires

François Hollande, premier secrétaire du PS, appelle aujourd'hui dimanche le Premier ministre François Fillon à dire sans attendre "la vérité aux Français" sur les conséquences de la baisse de la croissance et du dérapage des déficits publics. Il dénonce les "subterfuges" du chef du gouvernement de Nicolas Sarkozy et prédit un plan de rigueur.
.
"François Fillon doit dire maintenant la vérité aux Français", réclame François Hollande sur radio J, alors que le Premier ministre préparait une intervention télévisée prévue ce dimanche. "Il ne peut plus y avoir d'autres dissimulations ou des subterfuges. Avant la présidence de l'Union européenne que la France va détenir, il y aura nécessairement un ajustement, je dis un plan de rigueur", prédit-il.
Selon le Premier secrétaire du PS, M. Fillon Fillon devrait expliquer "non plus la réalité des chiffres, nous les connaissons", mais les "conséquences de cette situation" pour les Européens et les Français.
.
Aïe, aïe, qu'est-ce que je vais pouvoir encore inventer...
.
Comme exemple de "subterfuge", M. Hollande évoque la façon dont le Premier ministre a exclu une augmentation des prélèvements obligatoires liée au déficit de la sécurité sociale, alors "que la loi lui en fait obligation" :
"Ou le Premier ministre ne peut pas appliquer la loi qu'il a lui-même fait voter en 2004, et ce serait grave, ou, et c'est peut-être encore plus grave, il va y avoir un transfert de la dette de la sécurité sociale vers la dette de l'Etat."
Du coup, le gouvernement sera obligé d'engager un plan de réduction de la dépense publique, augmenter les prélèvements obligatoires sur la sécurité sociale et "laisser filer la dette." Pour rappel, vendredi le gouvernement a relevé sa prévision de déficit public pour 2008 à 2,5% du produit intérieur brut (PIB), contre 2,3% auparavant, après un dérapage à 2,7% en 2007. Présenté comme "légèrement supérieur" aux prévisions, le déficit se révèle être un dérapage de 0,3 point qui place la France dans une situation difficile vis-à-vis de ses partenaires européens.

Abonnez-vous / Communiquez / Partagez cet article :

Newsletter Fil RSS Politikart PARTAGEZ :

Vous aimerez aussi :