Abbonez-vous aux parutions Politikart. Entrez votre adresse e-mail:

Sans créer plus de suspense que ça, Barack Obama a gagné l'Oregon, mais Hillary Clinton a fait de même au Kentucky et refuse de lâcher prise, invoquant l'hostilité de la classe ouvrière blanche envers le sénateur métis de l'Illinois. Du coup, la sénatrice de New York compte défendre ses arguments jusqu'à ce que le parti démocrate ait "un candidat, quelle qu'elle soit".
.
Obama s'est encore rapproché de la nomination comme candidat du parti démocrate dans la course pour la Maison Blanche, mais la large victoire d’Hillary Clinton dans le Kentucky avec 65% des voix remet sur le tapis le souci du déficit considérable du sénateur métis auprès des électeurs de la classe ouvrière blanche de la "Bible Belt". D'ailleurs Hillary s'est empressée de remercier le Kentucky pour "cet extraordinaire vote de confiance" et de lancer: "Je vais continuer à défendre mes arguments, jusqu’à ce que nous ayons un candidat, quelle qu’elle soit."
Elle n'a pas tort d'oser ce jeu de mots. Car un sondage sortie des urnes démontre que sur dix électeurs ayant voté pour Hillary Clinton, huit disent qu’ils seront mécontents si Obama est le nominé. Et seulement un sur trois votera pour Obama (41% se disent prêts à voter pour John McCain). Un électeur blanc sur cinq a admis que la question raciale avait joué un rôle dans son vote et parmi ces derniers, seulement trois sur dix se disent prêts à voter pour Obama contre McCain.
Alors Barack Obama, qui s'était préparé fort médiatiquement à claironner sa nomination comme candidat démocrate dans l'Iowa, s'est ravisé, se contentant d'annoncer qu’il avait franchi la barre de la majorité des délégués élus pour la convention démocrate. Et de complimenter sa rivale : "en trente-cinq ans, elle n'a jamais renoncé à se battre pour le peuple américain. Nous avons eu nos désaccords mais nous admirons tous son courage, son engagement et sa persévérance."
Perséverante, elle compte bien l'être encore.

Abonnez-vous / Communiquez / Partagez cet article :

Newsletter Fil RSS Politikart PARTAGEZ :

Vous aimerez aussi :

Votre commentaire est précieux !
Soyez le premier à réagir !