Abbonez-vous aux parutions Politikart. Entrez votre adresse e-mail:

Dans un climat tendu, sur fond de pressions exercées contre les journalistes ces dernières semaines par l’UMP, la ministre de la Justice Rachida Dati défendait enfin hier le projet de loi sur la protections des sources journalistiques devant l’Assemblée nationale. Etimant que "le secret des sources ne peut être absolu", dame Dati a fait naître la polémique. Une de plus.
.
Déjà que le climat était à l'orage : "Les attaques auxquelles s’est livré le président de la République et quelques-uns de ses porteurs d’eau contre la presse, ces derniers jours, ne sont pas là pour nous rassurer", résume Noël Mamère, député Verts.
C'est dans cette ambiance que Rachida Dati a cru bon estimer hier à l’Assemblée que le secret des sources «ne peut pas être absolu», jugeant qu’il pouvait être «levé dans certaines conditions très encadrées». Or, l’article 1 du projet prévoyait «qu’il ne peut être porté atteinte que lorsqu’un intérêt impérieux l’impose».
Jugeant l’intitulé trop flou (pas faux), les députés ont adopté des amendements faisant référence à «l’intérêt public». Encore trop flou pour Aurélie Filippetti, porte-parole du PS à l’Assemblée nationale : «Qu’en aurait-il été de l’affaire Outreau si Florence Aubenas n’avait pas alerté l’opinion publique sur les erreurs de l’instruction ?» demande-t-elle.
Elle juge par ailleurs indispensable de «supprimer complètement l’incrimination pour recel et le placement en garde à vue d’un journaliste dans le cadre de ses fonctions». Et de souligner : «Le texte est encore en dessous de la norme européenne et manque de précision.»

Abonnez-vous / Communiquez / Partagez cet article :

Newsletter Fil RSS Politikart PARTAGEZ :

Vous aimerez aussi :

Votre commentaire est précieux !
2 commentaires déjà ! Réagissez !

  1. Yann Doumeix // 18 mai 2008 à 20:39  

    La France, pays des fromages, et des merdes de chien, une à gauche et une à droite. La gauche la plus bête du monde face à la droite ma plus arrogante.

  2. Yann Doumeix // 18 mai 2008 à 20:41  

    Pardon: la droite la plus arrogante.